Comme un lion : l’histoire d’un rêve.

13 Jan
   Avec son film Comme un lion, sortie en salle le 9 Janvier 2013, Samuel Collardey nous raconte l’histoire d’un rêve. Celui de Mitri Diop, un jeune sénégalais de quinze ans qui n’aspire qu’à une chose : devenir footballeur. Par chance, un agent recruteur le repère dans son village et lui propose de passer des essais à Paris. Croyant en la bonne étoile de son petit-fils, la grand-mère de Mitri s’endette pour lui permettre de goûter à son rêve.
comme un lion

Mitri Diop à la conquête de son rêve.

   Néanmoins, les promesses de réussites du début laissent place à la dure réalité. Mitri quitte son Afrique chaude et chaleureuse pour entrer dans un monde terne et froid. Fini la musique respirant la gaité, le réalisateur plonge son personnage dans une solitude glaciale. Pourtant, à aucun instant le jeune homme ne perd de vue son rêve. En quittant l’aéroport une fois arrivé à Paris, le stade de France s’illumine devant lui. Collardey matérialise en une seule image de longues nuits de songes et en fait par la même occasion une douce prédiction. Le phénomène se reproduit, lorsqu’un soir, rentrant dans son foyer à Montbéliard un terrain d’entrainement prend vie devant ses yeux. Une chose est sûre, peu importe l’endroit c’est sur un terrain de foot que Mitri se retrouvera.

   A travers les péripéties de Mitri, Collardey critique aussi les mécanismes d’intégration en France lorsque l’on est étranger. Mitri fait d’abord face à un juge qui en deux phrases balaie tous ses espoirs de devenir un jour footballeur professionnel. Il en va de même pour l’assistante sociale qui le prend en charge une fois arrivé à Montbéliard. Lors d’une entrevue avec le jeune homme, elle lâche les mots : « Moi je connais très bien l’Afrique. Je fais même de la danse africaine ! ». Comment ne pas sourire devant tant de bêtise ?

   Collardey oscille entre le documentaire et le conte tout au long de son film pour nous raconter l’histoire de ce rêve. Il dit lui-même dans une interview « Je voulais poursuivre cette expérimentation de la frontière entre documentaire et fiction, mais en en explorant cette fois l’autre face: celle d’une fiction dévorée par le documentaire ». On comprend  aussi le parti pris du documentaire car le réalisateur c’est directement inspiré d’une histoire vraie. De plus, grâce à la justesse de l’acteur amateur Mytri Atal, son personnage nous livre un message d’espoir mainte et mainte fois revisité : celui de toujours croire en ses rêves car ils finissent par se réaliser un jour.

T.M.J

Publicités

Une Réponse to “Comme un lion : l’histoire d’un rêve.”

  1. khoudiasylla juillet 4, 2013 à 12:50 #

    jador ce film et mitri aussi il parle bien le wolof

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :