Happiness Therapy, une comédie qui sort des sentiers battus.

3 Fév
   Réalisée par David O. Russell, la comédie Happiness Therapy est sortie sur nos écrans le 30 Janvier 2013. A travers cette adaptation du livre The Silver Linings Paybook, signé Matthew Quick, le réalisateur nous fait découvrir un couple attachant et atypique.
hapinness therapy

Pat et Tiffany (interprétés par Bradley Cooper et Jennifer Lawrence): un couple improbable et complétement fou.

   Pat Solitano sort d’un hôpital psychiatrique où il a été interné pendant huit mois. Le seul mot qu’il a à la bouche c’est « Nikki », le prénom de sa femme infidèle qu’il veut reconquérir en reprenant le contrôle sur sa vie. Petit obstacle qui n’est pas des moindres: une injonction du tribunal l’empêche de l’approcher. Oscillant entre le sport, la lecture et les séances chez le psy, Pat rencontre un soir Tiffany, une jeune femme profondément bouleversée par la mort de son mari. En s’entraidant mutuellement, un lien tenace va se tisser peu à peu entre les deux êtres.

   Happiness Therapy n’a rien à envier aux nombreuses comédies romantiques déjà portées à l’écran. En effet, le principal mérite du film c’est qu’il nous surprend du début à la fin par son imprévisibilité. D’abord grâce à une galerie de personnages tous aussi loufoques les uns que les autres. Que ce soit Pat, qui n’arrive pas à tourner la page après l’infidélité de sa femme et qui disjoncte littéralement à l’écoute de la chanson de Stevie Wonder, My Cherie Amour. Son père (interprété par l’hilarant Robert De Niro), un parieur invétéré fan des Eagles, et bardé de tocs. Ou encore Tiffany, qui se réfugie dans la nymphomanie après la mort de son mari. Durant tout le film, le spectateur est ainsi happé par cet univers fou, qui pas un instant ne voit son scénario s’essouffler.

   Ce qui frappe aussi, c’est l’humanité des personnages qui n’aspirent qu’à une chose: le bonheur. A chacun son remède: la danse pour certains, la course à pied pour d’autres ou encore le rêve de posséder son propre restaurant. Ce qui est touchant, c’est de voir toutes ces personnes graviter les unes autour des autres pour au final se trouver, se compléter et avancer ensemble. Car David O. Russel n’a pas seulement mis en scène un simple jeu de séduction entre un homme et une femme, mais il a crée un univers tout entier dans lequel chaque personnage tient un rôle essentiel.

   Notons aussi, pour finir, la force de la bande originale capable de retranscrire des émotions aussi bien touchantes que complétement folles. Pour la première fois, Danny Elfman (compositeur fétiche de Tim Burton) travaille avec David O. Russell et une chose est sûre: leur collaboration fait des étincelles. Tout comme cette comédie atypique à voir absolument!

T.M.J

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :