Les Misérables sonnent faux.

17 Fév
   Adapté de la comédie musicale, elle-même-adaptée du célèbre roman de Victor Hugo, le film Les Misérables mis en scène par Tom Hooper, est sorti sur nos écrans le 13 Février dernier. Au 19ème siècle, alors que le peuple français bouillonne et rêve de changements, Jean Valjean, un ancien bagnard, prend généreusement en charge la petite Cosette à la mort de sa mère. Cette dernière, Fantine, était une ancienne ouvrière contrainte à vendre son corps pour survivre. A partir de ce jour-là, Valjean apprend l’amour paternel mais c’est sans compter sur son ennemi juré, le policier Javert, qui le traque sans relâche pour ne pas avoir respecté sa liberté conditionnelle.
miserable-movie

Fantine, interprétée par Anne Hathaway, est contrainte à se prostituer afin de subvenir aux besoins de sa fille.

   Les Misérables étaient une promesse. Celle d’un succès incontestable, d’une réelle réussite sur le plan cinématographique. Prenez un monument de la littérature française, un réalisateur oscarisé (Le Discours d’un roi en 2010), et un casting prestigieux et vous penserez obtenir un chef-d’œuvre… et vous feriez erreur ! Ces trois ingrédients n’ont malheureusement pas été suffisants pour faire des Misérables une totale réussite. Alors oui, le casting est incroyable. Chaque acteur semble avoir fait un travail titanesque afin d’incarner son personnage et ils ont le mérite d’avoir interprété eux-mêmes leurs chants. Ainsi, sur le plateau lors du tournage des scènes, Tom Hooper les filmait chantant réellement toute la journée. On peut alors imaginer quel effort, quel travail cela leur a demandé. Toutefois, celui-ci ne s’est pas fait que sur le plan vocal. Hugh Jackman a ainsi perdu beaucoup de poids pour jouer les scènes dans lesquelles son personnage sort du bagne, au début de l’intrigue. Anne Hathaway, de son côté, se fait réellement couper les cheveux dans la scène où Fantine les vend afin de gagner de l’argent.

   Néanmoins, même si le film brille grâce à sa pléiade d’acteurs, il n’arrive pas à nous convaincre au niveau de sa mise en scène. Tom Hooper ne semble pas s’être rendu compte que filmer ses personnages de front pour nous émouvoir n’est pas forcément le procédé le plus pertinent. Il perd ainsi de sa valeur du fait de sa redondance. Le réalisateur veut tellement créer un sentiment d’empathie avec eux qu’il finit par nous étouffer, par nous écœurer face à tant d’émotions et c’est alors presque avec joie que l’on accueille les scènes de révolte sanglante de Marius et ses amis. Pourtant on se rend très vite compte que même à cet instant, Hooper manque de finesse dans sa mise en scène. Les décors sont opulents et la couleur rouge nous saute aux yeux, nous agresse pour au final nous laisser un amer souvenir. Dommage que le réalisateur n’ait pas su tenir sa promesse et se soit enlisé dans une mise en scène inégale.

T.M.J

Publicités

3 Réponses to “Les Misérables sonnent faux.”

  1. LePtit Hibou Blogeuse février 17, 2013 à 8:33 #

    Tout à fait d’accord sur la non-prouesse de Hooper, navrant.

    • La Critique Du Dimanche février 18, 2013 à 3:44 #

      « Navrant » est tout à fait le terme qui convient à ce film malheureusement. Et puis, que c’est long (2h30 quand même…)!

  2. CaroKnout mars 7, 2013 à 12:29 #

    Je suis également d’accord. Pour moi aussi, ce film était une promesse de chef-d’oeuvre… Et en fait… non. C’est pas que le film est hautement daubé mais compte tenu de tout ce qu’on attendait, on est forcément déçu ! ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :