Dans son film Möbius, Eric Rochant mêle avec complexité sensualité et espionnage.

3 Mar
   Möbius, ou plus exactement le ruban de Möbius, est la surface d’un cercle qui ne possède qu’une seule face, à l’inverse d’un ruban classique qui en possède deux. Voilà donc là un titre bien énigmatique que donne Eric Rochant à son film d’espionnage sorti sur nos écrans le 27 Février 2013.
mobius

Alice et Grégory, interprétés par Cécile de France et Jean Dujardin, entament une romance impossible.

   Grégory Lubov est un officier des services secrets russes. Il est envoyé à Monaco pour surveiller les moindres faits et gestes de Rotovski, un puissant homme d’affaires. Afin de mener à bien sa mission, l’équipe de Grégory engage Alice, une jeune femme capable d’exécuter de brillantes prouesses dans le domaine de la finance. Pour s’assurer de sa fiabilité, Grégory va prendre un risque énorme en prenant contact avec elle, sous le pseudonyme de Moïse. Le héros va tomber sous son charme, donnant ainsi naissance à une passion impossible aux conséquences irrémédiables.

   C’est avec cette romance sur fond d’espionnage que le film d’Eric Rochant puise sa force. Dans un premier temps, le scenario pourra paraître comme étant complexe à certains spectateurs. En effet, ce n’est pas évident de mêler l’opération menée par son héros, Grégory, avec l’histoire d’une passion impossible. Il faut dire que l’on évolue dans un univers où s’entremêlent le français, le russe et l’anglais et par conséquent des accents et des patronymes aussi divers que variés. Comme dans tout bon film d’espionnage, nous voyageons des États-Unis à Monaco avec une escale à Moscou pour au final s’arrêter à Bruxelles. On l’aura compris, l’intrigue n’a rien de simple. Difficile alors pour le réalisateur de tenir son spectateur durablement en haleine. Par instant, le déroulement de l’histoire semble se figer avec lourdeur dans un récit qui manque de fluidité pour ensuite se débloquer et nous happer à nouveau.

The-Mobius-Strip-Of-Ifs

Le ruban de Möbius.

   Malgré cela, on ne peut pas rester insensible à la relation qui peu à peu prend forme entre Grégory et Alice. Avec sa caméra, Eric Rochant parvient à capter et à retranscrire des moments intimes comme celui de la rencontre amoureuse. Le réalisateur construit devant nos yeux la scène du coup de foudre à la manière d’un puzzle avec des gros plans, voir même de très gros plans, sur ses deux protagonistes. On se met à la place de Grégory découvrant réellement pour la première fois Alice, interprétée par une Cécile de France au sommet de sa beauté et de sa féminité, par le biais d’un jeu de regards autour d’un miroir. Il en va de même pour les scènes d’amour du couple qui jamais ne tombent dans la vulgarité. Tout est suggéré avec sensualité et pudeur.

  Avec Möbius, Eric Rochant signe donc un film complexe, porté magistralement par ses deux acteurs principaux. Cécile de France comme Jean Dujardin jouent tous deux avec justesse et maîtrisent leur art du début à la fin de l’intrigue. De plus, la bande originale transcendante et électrisante signée Jonathan Morali sert avec force le récit de cette histoire.

T.M.J

Publicités

4 Réponses to “Dans son film Möbius, Eric Rochant mêle avec complexité sensualité et espionnage.”

  1. Ondine mars 3, 2013 à 10:02 #

    Je ne suis pas du genre à écrire tellement de commentaire mais je dois avouer que ton article m’a tout de suite attiré l’oeil! En effet, je suis allée voir Möbius il y a peu de temps au cinéma alors j’étais interessée par la critique que tu en ferai! Je trouve que la bande annonce est très bien (je ne l’avais pas vue encore).. Mais je n’ai pas du tout accroché au film.. Déjà je dois avouer que je n’ai pas tout compris, j’ai lâché au moment crucial.. J’ai eu beaucoup de mal à me détendre, la mise en plus est très bien mais ensuite c’est très difficile à suivre. Et pourtant je ne suis pas « novice » ou quoique ce soit puisque je suis fille de projectionniste.. Et l’ami qui m’accompagnait (et qui n’a pas tout assimilé non plus) est un cinéphile accompli depuis des années déjà! C’est dommage, j’ai toujours beaucoup de mal à parler de cinéma aussi je ne sais pas très bien expliquer le sentiment que j’ai ressenti devant Möbius.. mais je dirai que je l’ai trouvé long et moi, à la fin, j’étais lasse.. C’est embétant parce que la bande son est très chouette, pas très présente mais bien pesante.. Aussi je n’aime pas du tout Jean Dujardin donc j’ai du mal à le supporter pendant deux heures.. Mais venant de Cécile de France, qui est une de mes actrices de prédilection.. J’ai été très déçue! Je trouve que leurs rôles sont très figés, qu’ils n’osent pas bouger.. Et « Tes bras son très concrets ».. Seriously? 😉
    Et enfin, je trouve que règne, tout le long de ces deux heures, une certaine prétention qui m’a mise mal à l’aise.. comme si j’étais un peu « trop bête » pour comprendre… Bref! En tout cas c’est plaisant de lire une bonne critique de ce film, de voir un différent avis! Tu en fais une critique intelligente et qui me donne presque envie de le revoir pour tout assimiler et l’apprécier enfin..
    Je trouve ton blog très interessant et reviendrai comparer nos avis!
    A bientôt! Bisous!

  2. La Critique Du Dimanche mars 3, 2013 à 2:36 #

    Chère Ondine, tout d’abord merci pour ce commentaire! Il est toujours agréable de voir que sa critique parvient à intéresser quelqu’un.
    Ensuite, je comprends parfaitement ton ressenti en ce qui concerne le scenario. Je dois t’avouer qu’à certains moments j’ai été plus ou moins perdue. Néanmoins, comme je le dit dans ma critique, j’ai été sensible à la poésie des moments passés entre Alice et Grégory. Dommage qu’on ne retrouve pas toutes ces émotions durant tout le film qui me paraissait au final plus prometteur sur certains aspects.
    A très bientôt !

    • Ondine mars 3, 2013 à 3:32 #

      Oups, je viens de remarquer une petite faute je voulais dire « la mise en place » et pas la « mise en plus »… Mh! Désolée 😉 Merci pour ta réponse à bientôt!

  3. Cédric mars 24, 2013 à 11:06 #

    Bonsoir
    Je sors à l’instant du cinéma et pour faire bref, j’ai vraiment apprécié ce film et son atmosphère.
    J’ai découvert un Jean Dujardin « très pro » moi qui ne le connaissais qu’au travers de Brice de Nice ou encore un gars une fille.
    J’ai vu une Cécile de France d’une beauté, d’une sensualité et d’un charme troublants…ahhh, que j’aimerais être agent secret s’l m’était permis de croiser Alice sur mon chemin….
    Alors, il est vrai que le scénario ne permet pas de prendre la moindre liberté, sans risquer de voir la compréhension du film totalement compromise.
    Le fond est simple, il croit travailler pour les uns mais en fait, est utilisé par les autres, Une vraie vie d’espion finalement.
    Je souligne les scènes d’amour qui sont torrides de sensualité et à aucun moment vulgaires. C’est une belle relation qui lie ces deux individus et la mise en scène magnifique, révèle toute la beauté de cet amour. C’est d’une intensité remarquable.
    Enfin voilà, j’ai aimé ce film et découvert vraiment deux beaux acteurs.
    Alors, si ce n’est déjà fait, je vous encourage à aller le voir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :