Entre suspens et rebondissements,Brad Anderson joue la carte de l’efficacité dans son thriller, The Call.

2 Juin
   Après le très réussi Cloud Atlas, Halle Berry revient sur nos écrans dans un thriller signé Brad Anderson, The Call.
the call

Halle Berry est Jordan Turner, une opératrice du centre d’urgence du 911.

   Jordan Turner est opératrice du centre d’appel d’urgence du 911. Un soir, alors qu’elle est en pleine conversation téléphonique avec une adolescente, elle assiste à son kidnapping. Six mois plus tard, elle reçoit un nouvel appel d’une autre adolescente qui elle aussi s’est faite kidnapper. Avec pour seul outil son téléphone, cette fois ci Jordan est prête à tout pour sauver la jeune fille.

enlévement the call

Casey, la seconde adolescente enlevée sur le parking d’un centre commercial en plein jour par Michael Foster.

   Disons le tout de suite, on ne retiendra pas The Call pour son originalité du point de vue de la réalisation qui reste très classique. Brad Anderson fait appel à de nombreux procédés mainte et mainte fois utilisés, comme le bon vieux ralenti lors des séquences mettant en scène le kidnappeur en train de commettre ses crimes. De plus, le réalisateur tente d’insuffler une pincée de psychologie dans son thriller en tentant de nous faire entrer par moment dans l’esprit de Jordan, traumatisée par le premier kidnapping. Néanmoins, même si l’utilisation du ralenti est un procédé ayant déjà fait ses preuves et qui dans le cadre de The Call est efficace, vouloir nous entrainer dans les méandres d’un esprit perturbé est un art que visiblement Brad Anderson ne maîtrise pas avec son personnage principal. Au lieu de cela, il reste dans la superficialité sans que cela apporte de l’intérêt à son film.

the call 2

Jordan Turner sur la piste de Casey.

   Côté intrigue, on ne note pas là aussi beaucoup d’originalité. L’histoire est plutôt simple, ce qui va nous permettre d’entrer rapidement dans ce thriller haletant. Toutefois attention : simplicité n’est pas synonyme d’échec et Brad Anderson nous montre que l’on peut très bien réussir à réaliser un bon thriller sans en faire trop. Durant les premières minutes du film, les enjeux de l’intrigue sont rapidement posés. Le réalisateur nous immerge au cœur du centre d’appel d’urgence du 911, un endroit rythmé par des appels téléphoniques concernant des problèmes en tout genre, allant de la simple présence d’un rongeur dans une maison à des problèmes plus graves comme le suicide. Puis, survient le second kidnapping et nous commençons avec Jordan une course contre la montre effrénée pour trouver Casey, la jeune fille qui a été enlevée. Brad Anderson réussit à nous tenir en haleine durant tout son film, en jouant sur un suspens incessant et efficace. Autre point fort : Michael Foster, le grand méchant loup de l’histoire qui avouons-le, finit par nous faire froid dans le dos au fur et à mesure qu’avance le film.

  On l’aura compris, avec The Call Brad Anderson ne nous fait pas de grande démonstration d’originalité du point de vue de la réalisation. Toutefois, il parvient à mener avec efficacité son thriller en maniant très bien suspens et rebondissements. Jusqu’à la fin du film il parvient à nous surprendre en ne s’aventurant pas, pour notre plus grand plaisir, sur la voie d’un happy-end trop attendu.

T.M.J

Publicités

Une Réponse to “Entre suspens et rebondissements,Brad Anderson joue la carte de l’efficacité dans son thriller, The Call.”

  1. frey85 juillet 8, 2013 à 11:00 #

    Même analyse pour moi : rien de bien novateur mais palpitant du début à la fin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :