Star Trek Into Darkness: J.J Abrams est de retour avec un second volet flamboyant.

21 Juin
     Quatre ans après Star Trek, J.J Abrams est de retour derrière la caméra pour réaliser le second épisode de son reboot tiré de la série éponyme née en 1966. Sorti en salle le 12 Juin 2013, Star Trek Into Darkness est l’occasion de retrouver l’USS Enterprise confronté à un ennemi de taille.
spock volacan

Spock, incarné par Zachary Quinto, tente de dompter un volcan.

   Après un attentat à Londres, L’USS Enterprise se voit devenir la cible d’un dangereux terroriste. Aidé de son fidèle second Spock, le capitaine Kirk se lance dans une chasse à l’homme alors qu’une guerre menace d’exploser. Animé par la vengeance, notre héros devra faire preuve de finesse et d’intelligence pour contrer un homme comparable à une arme de destruction massive redoutable.

   Ce qui caractérise Star Trek Into Darkness et ce qui en fait une réussite c’est son sens du rythme. Le ton est donné dès l’ouverture du film. J. J Abrams nous immerge au cœur de l’action en nous faisant suivre simultanément deux intrigues : d’un côté Spock tente de dompter un volcan et de l’autre Kirk essaie de fuir une meute d’indigènes enragés. L’univers visuel propre au réalisateur et à Star Trek pointe le bout de son nez avec les premières minutes du film. Nous sommes plongés dans une planète à la végétation luxuriante et flamboyante jusqu’au moment où le majestueux vaisseau de l’Enterprise apparait. La qualité visuelle des effets spéciaux est confirmée par la suite avec des scènes spectaculaires comme la destruction d’une partie de Londres, ravagée par un vaisseau.

star_trek_into_darkness_5

Dans ce second volet, Spock et Kirk devront affronter une nouvelle menace.

   L’action règne aussi en maître et elle est omniprésente. De plus, elle est ponctuée par de nombreux rebondissements qui permettent à l’intrigue de ne jamais tomber à plat au risque de nous perdre. J.J Abrams parvient à mener de front des scènes d’actions et des scènes plus dramatiques sans jamais tomber dans la lourdeur au niveau de la narration. Cela est amplifié avec la relation mise en scène entre Kirk et son second Spock. Nous ne suivons alors pas seulement les aventures de l’USS Enterprise mais celles des deux héros travaillant main dans la main pour éradiquer le danger qui les menace.

startrek-into-darkness-04

John Harrison restera-t-il longtemps pris au piège?

   Au niveau de la réalisation, outre l’univers mis en place durant le film, J.J Abrams joue avec sa caméra avec des mouvements fluides pour filmer Londres par exemple. A d’autres moments, il tourne autour de ses protagonistes comme pour les cerner au mieux. Quand le danger arrive par le biais d’un personnage menaçant, c’est avec des contre plongées et des plans obliques que le réalisateur le retransmet à l’écran. Car il faut avouer aussi que Star Trek Into Darkness puise sa force avec ses rôles de grands méchants, qui d’ailleurs ne sont pas toujours ceux que nous pensions. Celui qui excelle dans ce domaine est Benedict Cumberbatch grâce à son interprétation de John Harrison. Loin d’incarner un simple méchant qui a soif de destruction, le réalisateur en a fait un personnage charismatique et menaçant possédant un véritable passé.

   Avec Star Trek Into Darkness, J.J Abrams nous offre un grand spectacle grâce à des effets visuels réussis et à une intrigue qui ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer.

T.M.J

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :